Les oblates jubilent : au Canada

7/7/2017
 

Il y a 65 ans, le 2 juillet 1952, l’institut était fondé au Canada par le père Louis-Marie Parent, oblat. C’est pourquoi des oblats, des membres de l’institut séculier Voluntas Dei, des Volontaires de Dieu et des membres de l’Amicale 5-5-5 répondent à l’invitation des oblates et se rassemblent pour célébrer à la basilique Notre-Dame-du-Cap le 1er juillet 2017 à Trois-Rivières.
Voici l’allocution de la présidente à l’occasion de la fête:

65e ANNIVERSSAIRE DE L'INSTITUTS SÉCULIER
LES OBLATES MISSIONNAIRES DE MARIE-IMMACULÉE
BASILIQUE NOTRE DAME-DU-CAP
1er JUILLET 2017

L’Institut fête 65 ans, nous pouvons en être fières. Merci au père Louis-Marie Parent, fondateur de l’Institut, qui a tout mis en œuvre pour faire de nous un Institut capable d’être au cœur du monde tout en vivant une consécration totale à Dieu et un 5-5-5, très formateur spirituellement. Nous avons connu des temps parfois difficiles, mais les ayant vécus grâce à la force, au courage et à la générosité de nos pionnières et de chacune de nous, l’Institut a poursuivi son chemin. Nous tenons à souligner le 65e anniversaire de vie oblate de six de nos pionnières. Nos chaleureuses félicitations à Reine-Aimée Welsh, Cécile Béliveau, Louisette Bouchard, Aurélie Boudreau, Cécile Côté et Doris Plourde. Grand merci à ces oblates de la première heure. Dans le temps, faire confiance à une nouvelle forme de vie consacrée, tel un institut séculier, n’était pas facile. Plusieurs parents étaient hésitants à voir partir leurs filles vers un Institut naissant qui cherchait encore sa voie.

La rencontre d’aujourd’hui s’est voulue familiale. Le thème que nous avons choisi est inspiré du pape François « Célébrer le passé dans l’action de grâce, vivre le présent avec passion, et embrasser l’avenir avec espérance ». Que viennent nous dire ces trois invitations ?

   

Célébrer le passé dans l’action de grâce

Nous avons célébré ensemble en soulignant les aspects, familial et spirituel, puisés à la même racine, celle à la fondation des Oblats, il y deux cents ans. La première source spirituelle de la famille vient de saint Eugène de Mazenod.

Notre Institut, Les Oblates, a commencé le 2 juillet 1952, avec le père Parent, un missionnaire oblat, qui s’appliquait à reconnaître la Volonté de Dieu et à la vivre. Je tiens aussi à souligner le service du Père Roger Gauthier qui durant les années 1957 à 1967 a largement contribué à la spiritualité et à la vie de l’Institut. En 1958, le Père Parent a fondé l’Institut [séculier] Voluntas Dei, nos jeunes frères. Au cours des années, il parlait souvent de la spiritualité commune aux deux Instituts qu’il a fondés, ainsi que du moment présent, devenu un de ses sujets, très reconnu. Très rapidement après la fondation de note Institut s’est formé un groupe associé, Les Volontaires de Dieu, qui s’engagent à vivre les 5 attitudes de vie évangélique. Puis, il y a une quinzaine d’années s’est formé le groupe « Amicale 5-5-5 », qui entre autres, « contribue à la construction d’un monde plus juste et plus fraternel ». Les traits communs de ces familles, de ces groupes, partent de saint Eugène de Mazenod. La Vierge Marie, la vie missionnaire et apostolique jusqu’au bout du monde, particulièrement dans les milieux défavorisés et une spiritualité centrée sur la charité sont des caractéristiques qu’on retrouve dans chacun de nos groupes respectifs.                                                                            

Vivre le présent avec passion

Le pape François, écrivant à tous les consacrés en novembre 2014, disait : « … rendez-vous présents avec courage là où il y a des disparités et des tensions, et soyez signe crédible de la présence de l’Esprit qui infuse dans les cœurs la passion pour que tous soient un (cf. Jean 17, 21) ».

La passion fait souvent oublier le temps réel à donner pour que le monde soit plus beau, plus vrai, meilleur. Il me fait penser au moment présent. Ici, je laisse parler le Père Parent. « Si tu regardes le moment présent comme un bien, tu ne regretteras pas le passé, tu ne t’inquièteras pas de l’avenir, tu feras de ton mieux aujourd’hui. »


Faire de son mieux aujourd’hui, veut dire « … que jamais une minute de ma vie ne sera plus importante que le moment présent ». « Vivre le moment présent c’est être attentif à ceux qui nous entourent, c’est lire le positif, la vérité au creux des événements, c’est profiter du temps, c’est enrichir nos valeurs essentielles » , à tout moment, au niveau de notre être et de nos agirs. Ces valeurs, dites autrement, nous les retrouvons dans les constitutions des Oblates et des Voluntas Dei.


Vivre le présent avec passion, c’est la transformation du monde aujourd’hui et maintenant à laquelle chacune et chacun de nous est convié-e, à travers toutes situations.

 

Embrasser l’avenir avec espérance

« Ne crains pas, … je suis avec toi » (Jr 1,8). « L’espérance [dont le pape François parle] ne se fonde pas sur des chiffres ni sur des œuvres, mais sur Celui en qui nous avons mis notre confiance (cf. 2 Tm 1, 12) et pour lequel ‘rien n’est impossible’ (Lc 1, 37). Là est l’espérance qui ne déçoit pas et qui permettra [aux oblates et autres groupes représentés ici, de continuer à écrire d’autres pages de leur histoire future …]. L’Esprit Saint nous pousse pour continuer à faire avec nous de grandes choses. »

Présidente et ex-présidentes


Le Père Normand Provencher nous a parlé de pistes d’avenir. Une conférence très intéressante, qui appelle fortement à l’espérance. Une chose est certaine, quelle que soit notre mission, celle de notre groupe d’appartenance, nous avons besoin d’envisager l’avenir avec espérance, celle que Dieu dépose dans notre cœur afin de transformer le monde. Personne de nous ne connaît l’avenir, bien qu’on puisse avoir de grands souhaits. Je pense particulièrement aux oblates. En 2010, notre Institut a décidé la régionalisation. Nous avons 5 régions terrestres. Et, une région céleste où le Père Parent et 311 oblates décédées au cours de ces 65 années, nous prient de ne pas craindre l’avenir, d’accueillir les changements avec un regard positif, d’espérer une profonde revitalisation de nos points d’ancrage : consécration séculière, charisme, mission, spiritualité qui inclut notre célèbre 5-5-5, équipe de ressourcement…

En 2014, le pape François a dit aux instituts séculiers italiens : « Soyez au cœur du monde, avec le cœur de Dieu ». Être dans le monde, le transformer mais pas de n’importe quelle façon. Comment s’exprime le cœur de Dieu dans nos deux régions de l’Amérique du Nord ? Nous ne sommes peut-être plus d’âge à courir sur les grandes places, mais nous sommes encore d’âge à témoigner de Dieu, à le manifester dans nos façons d’être et de faire. À travers nous, auprès de notre prochain, le cœur de Dieu s’exprime à tous les âges. Toute situation nous invite à agir avec le cœur de Dieu, présent en chacun et chacune de nous. Les périphéries du pape François nous invitent à sortir de chez soi, parfois c’est très proche, tout en étant quasi inconnues.

Il y a quelques semaines, la Pentecôte nous rappelait que les dons de la grâce sont variés mais c’est le même Esprit. Les services sont variés mais c’est le même Seigneur. Les activités sont variées mais c’est le même Dieu qui agit en tout et tous. À chacune, à chacun, est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien (I Co 12, 4-7, Messe de la Pentecôte). La foi en cette parole de Paul aux Corinthiens, nous rendra capables de donner des pieds et des mains à l’espérance, par une véritable présence au cœur du monde, avec le cœur de Dieu, sans oublier le moment présent.

Bonne fin de journée!

Denise Desrochers
Présidente

1er juillet 2017